Le salaryman japonais サラリーマン

  • Publié le : Lun 10/12/2018 - 00:00
  • Par : S.R.
  • Note :
    3/5

Le rouage essentiel de l'économie japonaise

20h,gare de Shinjuku, au milieu des jeunes Japonais arborant un lookbigarré, une marée d'hommes en costume cravate se fraie un chemin,qui en groupe de collègues, qui seul, un attaché-case ou unparapluie en main. Le salaryman, représentation et homme de base dela réussite économique japonaise d'après-guerre, achève unelongue journée de travail.

Unmariage sans divorce

Lemodèle économique construit après-guerre consistait, au niveau desemployés et des cadres non-dirigeants, à recruter dès la sortie del'université les "cols blancs", qui intégraient unedes grandes entreprises du pays pour y faire l'ensemble de leurcarrière. Les salaryman se voient ainsi octroyer l'emploi à vie,avec une difficulté à licencier extrêmement forte, en échange dequoi ces derniers offrent leur fidélité à leur entreprise, que cesoit face aux autres entreprises ou même par rapport à leur viefamiliale. Ce modèle, bien que battu en brèche depuis la crise desannées 1990 et la "décennie perdue", reste dominantdans le pays.

Lire aussiLe shûkatsu

Un groupe d'employés de bureau japonais

Un groupe d'employés de bureau japonais

Benicio Murray

L'entreprisecomme centre de la vie sociale

Lesheures de travail du salaryman sont connues pour être longues,pouvant facilement atteindre les 12 heures par jour. Ces horairesétendues ne sont pas le seul lien qui relie les salaryman à leuremployeur. En effet, même après le travail, nombre d'entre euxparticipent à des activités entre collègues, et chaque soir, lesrues animées des villes du pays voient déambuler des grappesd'hommes en costume plus ou moins débraillés se rendant auxizakaya pour participer à des nomikai ou prenant la destination desbars à hôtesses. Cette sociabilité nichée au fond d'un verred'alcool a un

L'ambiance des izakaya est souvent animée

L'ambiance des izakaya est souvent animée

Kurt

Lesalaryman dans la culture japonaise

Lesalaryman est souvent, dans la culture japonaise, un objet demoqueries voire de mépris. Il est vu comme un soldat docile inféodéà une entreprise à la personnalité terne, inexistant en dehors ducercle professionnel. Cette image négative s'est particulièrementdéveloppée à partir de l'éclatement de la bulle immobilière etla décennie dite "perdue" des années 1990 durantlaquelle le statut de salaryman est devenu moins enviable pour lajeune génération, qui a commencé à le questionner et à chercherdes moyens d'en sortir, sans pour autant bouleverser ce système.

Un salarymann endormi dans le métro après un nomikai

Wikipedia


Adresse - Horaires - Accès

  • Adresse

Nos derniers articles

Lake Kawaguchiko Sakura Mont Fuji

Les fleurs de cerisier dans l’art

Avec l'arrivée du printemps, les rues, les jardins et les montagnes du Japon accueillent avec joie la floraison des cerisiers et c'est tout l'archipel qui se saupoudre de rose pendant quelques jour

Netsuke

Netsuke

D’accessoires vestimentaires en vogue au Japon à l’époqued’Edo, ils sont devenus des pièces de collection prisées dans le monde entier.Mais que sont les netsuke et oùpeut-on s’en procurer ?

Geisha à l'entrée d'une maison de thé dans le quartier de Gion, à Kyoto

Geishas, gardiennes des arts japonais

Le terme de geisha signifie littéralement : "personne pratiquant les arts". Partez sur leurs traces, à la découverte.

Voir tous les articles (292)

Commentaires

Notez l'article

Votre commentaire