Les miko 巫女

Les jeunes filles du shintoïsme

Aux abords des sanctuaires shintoïstes japonais, il n'est pas rare de découvrir la silhouette d'une jeune fille occupée à des tâches d'entretien. Les miko, leur nom, sont partie intégrante du culte ancestral nippon et un des emblèmes de la religion shintoïste.

Une origine très lointaine

 

L'origine des miko remonte à la fin de l'époque Jômon (-14 000 à - 300 av J.C), où les femmes shaman entraient en convulsion et en transe afin de transmettre les messages des divinités. Elles prirent au fil du temps de l'importance, effectuant un service religieux et prenant en charge diverses activités politiques et sociales. 

À partir de l'ère Nara (710 - 794), les pouvoirs politiques de l'archipel n'eurent de cesse d'essayer de réguler l'activité des miko, afin à la fois de la contrôler et d'empêcher les abus

Durant l'époque Sengoku (1477 - 1573), l'institution des miko subit elle aussi le chaos du pays et nombre de prêtresses s'égayèrent dans le pays, devenant des "arukimiko" - littéralement, "miko itinérantes" et exerçant des activités proches de la prostitution. 

C'est durant l'époque moderne, de l'époque Edo (1603 - 1868) à l'ère Meiji (1868 - 1912), que leur rôle fut petit à petit formalisé, la pratique du shamanisme étant interdite sous les Tokugawa alors que la restauration impériale interdit toute activité spirituelle aux miko.

 

Une miko, prêtresse du shinto.

Une miko, prêtresse du shinto.

DR Guylène Le Mignot

Les miko actuelles

 

Les miko qui peuplent de nos jours les sanctuaires shintoïstes sont facilement reconnaissables. Elles portent un hakama rouge, le chihaya (haut de kimono blanc à larges manges), des sandales japonaises, et assez souvent un hanakanzashi, un ornement de fleurs qui sert de coiffure. 

Elles s'occupent de tenir la boutique du sanctuaire, d'offrir les omikuji, d'aider à l'entretien du sanctuaire, d'assister le kannushi (prêtre shinto en charge du sanctuaire) ainsi que d'interpréter les danses traditionnelles, connues sous le nom de "miko-mai".

Une miko en costume traditionnel

Wiki commons

Nos derniers articles

Une rue animée au Japon

Tatemae, l'art de dissimuler ses véritables pensées au Japon

Le tatemae et son pendant le honne, deux concepts qui régissent les interactions sociales au Japon. Un comportement qui peut dérouter les occidentaux et sembler hypocrite.

Fusuma floraux du temple Shoren-in à Kyoto

Fusuma : les cloisons coulissantes traditionnelles japonaises

Les fusuma sont des parois coulissantes opaques utilisées dans l'habitat traditionnel japonais pour redéfinir l'espace d'une pièce ou servir de porte.

Un bain japonais en bois

Ofuro : le bain japonais traditionnel pour la santé et le bien-être

L'ofuro, aussi appelé furo ou bain japonais, est un rituel ancestral de la culture nippone.

Voir tous les articles (303)