L'histoire de Kitamaebune et de ses bateaux 北前船

La route de toutes les richesses - de Osaka à Hokkaido

Le Japon de l'époque Tokugawa est un Japon quasiment fermé au monde extérieur par la politique shogunale du Sakoku. Mais si les communications avec les nations voisines sont prohibées, le pays connaît dans le même temps une intensification inédite des échanges commerciaux entre les différentes régions. C'est dans ce cadre que s'inscrit la route commerciale Kitamaebune.

Partant des grands ports commerciaux de Sakai et Osaka, les bateaux traversaient la mer intérieure de Seto, le détroit de Shimonoseki et se rendaient sur les côtes du Hokuriku et de Hokkaido.

Ainsi à cette époque, le village d'Esahi, situé à la pointe sud-ouest de la grande île du nord, était au mois de mai une ville commerciale bondée de marchands. Ils venaient notamment y chercher le bois de cyprès et le hareng qu'ils revendaient avec de gros bénéfices une fois de retour dans la région du Kansai. 

Esashi atteint une telle renommée grâce au Kitamaebune qu'elle accueillit nombre d'artistes de l'époque Edo (1603 - 1868) en visite.

Navire Kaiyo-maru au port d'Esashi

Navire Kaiyo-maru au port d'Esashi

Photozou

La première richesse duJapon

Le voyage annuel sur la route Kitamaebune (puis bi-annuel à partir de la fin du XVIIIème siècle avec l'amélioration des navires) pouvait être dangereux, les naufrages étant fréquents. 

Mais les marchands qui réussirent à s'intégrer aux circuits du Kitamaebune firent de grandes fortunes. À la fin du shogunat, ils étaient, avec les grands seigneurs, la classe sociale la plus riche du pays. 

Beaucoup d'entre eux étaient des notables locaux. Les marchands d'Osaka, cœur commercial du pays, acquirent à travers cette route un autre moyen d'accroître leurs capitaux, qui seront utilisés pour financer la modernisation de Meiji.

Port d'Osaka aujourd'hui

Pixabay

Un facteur d'unification du pays

L'époque Edo est un retour à la paix après plus d'un siècle de guerre civile, mais aussi le début d'une véritable unification politique, les daimyôs n'ayant jamais été aussi contrôlé par le pouvoir central qu'au temps des Tokugawa. 

Cette unification est aussi celle de la société, avec des mouvements culturels touchant la plupart des régions et permettant le début d'une véritable culture commune. Les Kitamaebune participèrent à ce mouvement.

Reproduction d'un Kitamaebune au parc Hiyoriyama

Wiki commons

Nos derniers articles

Noël à Roppongi Hills, Tokyo

Noël au Japon

Années après années, l'esprit Noël a réussi à trouver sa place dans un Japon qui voue un culte aux cadeaux.

L'été au Japon

Les symboles de l'été au Japon

Une plage, des parasols, le soleil, la mer …Pour nous Occidentaux, c’est l’image (stéréo)type de l’été. Rien de tout cela au Japon.

Vue d'une tanhokutei, maison de la cérémonie du thé, sur le temple des mousses, Saiho-ji de mousses à Kyoto.

La maison traditionnelle japonaise

Structures en bois, pièces en tatami, parois en papier : au Japon, les maisons ont de quoi dépayser lesOccidentaux, plus habitués aux murs de béton et aux sols carrelés.

Voir tous les articles (292)

Commentaires

Notez l'article

  • Star
  • Star
  • Star
  • Star
  • Star
3/5

Votre commentaire

Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.
* Champs obligatoires