Urushi, la laque japonaise

Luxe, laque et volupté

"Les Japonais excellent au plus haut point dans cet art, car ils sont extrêmement habiles pour donner àun objet en laque l'apparence d'être fait en ivoire brillant" 

Joao Rodrigues, missionnaire jésuite portugais du XVIe siècle

Objet en laque de la ville de Wajima

Objet en laque de la ville de Wajima

JNTO

Un usage ancien

La technique de l'urushi est utilisée au Japon dès l'époque protohistorique, vers 5 000 avant J.-C., pour protéger et imperméabiliser des outils et ustensiles en bois ou en terre cuite. Toutefois au IXe siècle, on distingue deux usages distincts : d'une part, la laque sert à protéger et décorer des objets d'un autre matériau (bois, métal...) et d'autre part, elle est employée pour créer des objets propres, pourvus d'une fine armature de bois, de tissu ou de cuir. Ces derniers nécessitent plus d'une trentaine d'opérations pour leur fabrication, ainsi qu'une très grande minutie ! De par sa qualité protectrice, l'urushi constitue le revêtement idéal des meubles et de la vaisselle. La laque présente également l'avantage d'isoler de la chaleur et de protéger les aliments. Mais au-delà de cette grande praticité, la laque est un matériau offrant de très nombreuses possibilités décoratives et acquiert dans ce domaine ses lettres de noblesse.


Lire : Le musée des laques Shunkei à Takayama


armure_japonaise-Metmuseum

Armure japonaise du 18ème siècle avec des motifs décoratifs en laque

Metmuseum

Toujours plus de laques

Grâce aux transformations sociales de l'ère Edo (1603-1868), les laques deviennent accessibles à tous ; mêmes aux classes sociales les plus basses. Dès lors, l'usage de l'urushi n'est plus l'apanage des élites religieuses ou guerrières. La création de nouveaux centres de production partout dans l'archipel et par conséquent d'une plus grande variété d'objets finit d'achever cette démocratisation. Dans les intérieurs nippons de l'époque fleurissent les boîtes à encens, boîtes à documents, écritoires, nécessaires à fumer, inrô, etc. Parallèlement aux objets de la vie quotidienne, la laque continue d'orner des meubles prestigieux et des accessoires guerriers comme les armures, les casques, les masques, les fourreaux, les jambières et les protège-bras.

Quelques adresses utiles

Pour admirer des laques japonais, vous pouvez vous rendre dans les grands musées nationaux. Le Musée National de Tokyo et le Musée National de Kyoto conservent de merveilleuses pièces. L'archipel abrite également quelques musées entièrement dédié à l'urushi. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur cet art si subtil, nous vous conseillons de visiter le Musée des laques Shunkei à Takayama ou le Urushi Museum de Nikkô

surimono-chat-Yashima Gakutei 

La laque est si brillante que ce chat est effrayé par son propre reflet! Estampe surimono de Yashima Gakutei, vers 1820-1830 

MFA

Nos derniers articles

Torii au Japon

Torii, le portail sacré du Japon

Un torii (鳥居) est un portail traditionnel japonais que l'on trouve généralement à l'entrée des sanctuaires shintoïstes.

Judo

Les arts martiaux japonais

Les arts martiaux sont présents dans de nombreux pays d'Asie : Taekwondo en Corée, Tai-Chi-Chuan en Chine, Muay Thaï en Thaïlande...

Momotaro contre les démons

Mythes et légendes du Japon : une plongée dans l'imaginaire japonais ancestral

Les légendes sont depuis tout temps un moyen de rationaliser le monde et d'apporter des explications aux us et coutumes d'une culture.

Voir tous les articles (293)