Komainu, les gardiens des temples 狛犬

  • Publié le : Ven 21/12/2018 - 00:00
  • Par : Ph.L
  • Note :
    3/5
Les komainu, les gardiens des temples

Les komainu, les gardiens des temples

Flick/ Buntschli

Deux chiens-lions pour protéger Bouddha

Qui n'a jamaisentendu parler des Komainu ? Situées à l'entrée des lieux deculte, ces statues de chiens-lions sont emblématiques du paysagejaponais. On les retrouve non seulement dans les temples bouddhistes,mais également dans quelques sanctuaires shinto pour protéger ladivinité qui les accueille. Leur mission ? Refouler les mauvaisesprits et préserver ainsi la tranquillité du lieu qu'ellessurveillent ! Une fonction importante, que les Komainu auraienten réalité héritée des Shishi, leurs ancêtres venus de Chine…

L'empereur conquispar la force du félin perse, ce dernier décida en effet d'en fairedes répliques de pierre à déposer devant les temples bouddhisteset les maisons des nobles en guise de protection. Les statues étaientalors installées par deux : la femelle à gauche de l'entréetenant sous sa patte un lionceau pour symboliser l'éducation, et lemâle à droite muni d'un globe pour représenter le pouvoirpolitique, deux notions sur lesquelles l'empire du milieu basait satoute-puissance à l'époque.

Les paires de Shishi ont ainsi prospéré en Chine pendant des décennies avant d'atteindre les côtes japonaises. Et ce n'est qu'au cours du Vè siècle que les statues de lion arriveront au pays du soleil-levant. Elles seront ensuite ré-adaptées au goût des Japonais pour donner naissance aux Komainu, ces gardiens mi-chien mi-lion.

Le Shishi, l'ancêtre du Komainu

Le Shishi, l'ancêtre du Komainu

Wikimédia

Ce culte de ladifférence, les statues japonaises continueront de le cultiver aufil du temps. Et au XIVè siècle, les statues japonaisesévoluent encore pour s'émanciper complètement du modèle duShishi.

Elles sont désormaistaillées dans la pierre, ce qui leur permet de retrouver leur placed'origine à l'entrée des lieux de culte, et elles deviennent plusharmonieuses en arborant un design unique : celui du Komainu.

La seule différencequi subsistera entre les deux gardiens ? Leur bouche !

Le Komainu devient le gardien privilégié des temples à partir du XIVe siècle

Le Komainu devient le gardien privilégié des temples à partir du XIVe siècle

Flick/ mossygajud

Une paire de Komainu

Une paire de Komainu

Wikimédia

Vers des designstoujours plus originaux ?

À partir del'époque Edo (1603-1868), certains sanctuaires shinto adoptent aussiles Komainu.

C'est le casnotamment des sanctuaires Inari, où les renards ontcomplètement remplacés les chiens-lions. 

Munis respectivementd'une balle et d'un sutra pour symboliser le monde et l'éducationcomme leurs ancêtres les Shishi, les gardiens Inari prennenten effet la forme de la divinité qu'ils protègent. Un moyenastucieux de rendre hommage à la divinité des moissons, qui leurpermet également de se démarquer des statues des templesbouddhistes.

Eneffet, laplupart des sanctuaires shinto munis de gardiens a fait dansl'originalité ! Etdes tigres, aux chevaux,en passant par les sangliers,on peut trouver tout un tas de statues peu banales à l'entrée destorii. À l'image du sanctuaireHie-jinja à Tokyo (Nagatacho)par exemple, qui a opté pour un animal peu commun pour ungardien : lesinge !

Inari et un de ses emblèmes: la faucille

Inari et un de ses emblèmes: la faucille

By Kazutaka NAKANO on Flickr, CC BY 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/legalcode), https://www.flickr.com/photos/nknkztk/3374659964/


Adresse - Horaires - Accès

  • Adresse

Nos derniers articles

Lake Kawaguchiko Sakura Mont Fuji

Les fleurs de cerisier dans l’art

Avec l'arrivée du printemps, les rues, les jardins et les montagnes du Japon accueillent avec joie la floraison des cerisiers et c'est tout l'archipel qui se saupoudre de rose pendant quelques jour

Netsuke

Netsuke

D’accessoires vestimentaires en vogue au Japon à l’époqued’Edo, ils sont devenus des pièces de collection prisées dans le monde entier.Mais que sont les netsuke et oùpeut-on s’en procurer ?

Geisha à l'entrée d'une maison de thé dans le quartier de Gion, à Kyoto

Geishas, gardiennes des arts japonais

Le terme de geisha signifie littéralement : "personne pratiquant les arts". Partez sur leurs traces, à la découverte.

Voir tous les articles (292)

Commentaires

Notez l'article

Votre commentaire