Torii, le portail sacré du Japon 鳥居

  • Publié le : 02/10/2019
  • Par : S.R. / I.D.O.
  • Note :
    2/5
Torii au Japon

Torii au Japon

MustangJoe

Une autre porte sur le Japon

Les sanctuaires japonais ont souvent une porte avant leur porte : les torii. Ces portails délimitent la frontière entre le monde profane et l'espace sacré du sanctuaire, et sont devenus des symboles particulièrement caractéristiques du religieux au Japon. Découvrez ici leurs caractéristiques, leur origine et leur histoire ! 

Pour ce faire, ils installèrent des coqs sur un perchoir juste devant l’entrée de la grotte. 

Le nom du coq, et le terme désignant les oiseaux se prononce tori ( prononcez toli) presque comme le nom du portail qui se prononce torii (tolii en allongeant le ii) et qui s’écrit avec le kanji de l’oiseau : "tori" associé à un autre idéogramme. 

Pour certains, cette légende expliquerait l’origine du nom du portail mais aussi le fait qu’un portail soit placé à l’entrée des lieux sacrés shintoïstes car à la suite de cet évènement, les gens se seraient mis à construire des perchoirs pour oiseaux devant l’entrée des sanctuaires. 

sanctuaire-mishima

Les sanctuaires cachés au coeur de la végétation

http://mishima.link

Torii en pierre à l'entrée du temple bouddhiste Shitennô-ji

Wikipedia

Il existe parfois un torii à l’entrée d’un temple bouddhiste sans qu’il y ait de sanctuaire shintô dans son enceinte. C’est le cas du temple Shitennô-ji d'Osaka, le plus vieux temple bouddhiste du pays, érigé en 593. On y trouve un immense torii en pierre, qui a remplacé celui d'origine qui était en bois et qui a brulé lors d’un incendie en 1294.

Dans la religion shintô, le torii est une porte qui permet aux humains d’accéder au monde spirituel, protégé par une force divine, puis d’en ressortir pour revenir dans notre monde profane. Ainsi, la croyance veut que lorsque l’on rentre par un torii, il faut ressortir par le même portail afin de pouvoir retourner dans le monde réel. Certains Japonais n’hésitent pas à contourner un torii s’ils ne sont pas sûrs de revenir par le même chemin ou s’ils se sentent trop impurs pour entrer dans un espace sacré.

Ambiance mystique au torii du sanctuaire de Hakone

Ambiance mystique au torii du sanctuaire de Hakone

I.D.O.

Le grand torii d'Hakone-jinja

Le grand torii d'Hakone-jinja

Jérôme Laborde

Quant à "l’allée aux 10 000  torii du Fushimi Inari-taisha", à Kyoto, sa photo fait chaque jour le tour du monde. Là, il n’y a pas un torii mais plusieurs milliers qui grimpent le chemin de la colline qui mène au sanctuaire. 

Ces portails ont été achetés par des hommes d'affaires ou des sociétés qui, en offrant un torii, espèrent obtenir la bénédiction des dieux. C’est également un moyen de se faire un peu de publicité. Sur les poteaux du portail, ils ont fait écrire leur nom ainsi que la date de pose. Le coût d'un emplacement pour un de torii de petite taille commence autour des 40 000 yens (environ 340 euros) et peut aller jusqu'à plus d'1 million pour les plus grands. 

 

Torii du sanctuaire d'Itsukushima

Torii du sanctuaire d'Itsukushima, sur l'île de Miyajima, en face de Hiroshima.

DR

Fushimi Inari

Les torii de Fushimi Inari.

Elian Peltier

Nos derniers articles

Lake Kawaguchiko Sakura Mont Fuji

Les fleurs de cerisier dans l’art

Avec l'arrivée du printemps, les rues, les jardins et les montagnes du Japon accueillent avec joie la floraison des cerisiers et c'est tout l'archipel qui se saupoudre de rose pendant quelques jour

Netsuke

Netsuke

D’accessoires vestimentaires en vogue au Japon à l’époqued’Edo, ils sont devenus des pièces de collection prisées dans le monde entier.Mais que sont les netsuke et oùpeut-on s’en procurer ?

Geisha à l'entrée d'une maison de thé dans le quartier de Gion, à Kyoto

Geishas, gardiennes des arts japonais

Le terme de geisha signifie littéralement : "personne pratiquant les arts". Partez sur leurs traces, à la découverte.

Voir tous les articles (292)

Commentaires

Notez l'article

Votre commentaire