Les yôkai de la mer intérieure de Seto 瀬戸内海の妖怪

Effrayantes créatures

Démons, fantômes et esprits ; batailles historiques dantesques ; pirates et valeureux guerriers,  mythes et folklore japonais... La mer intérieure de Seto est au cœur de nombreuses légendes, célèbres dans tout l'archipel. En quatre chapitres, Vivre le Japon vous fait découvrir ces histoires extraordinaires. Pour terminer ce voyage, explorons les histoires effrayantes des yôkai de la mer intérieure de Seto.

Nurarihyon

A la nuit tombée, affairé dans votre maison à préparer le repas, peut-être n'avez-vous pas remarqué le drôle de vieillard qui a pris place autour de la table familiale. Il fume votre tabac et boit votre thé comme si votre maison était la sienne. Et le plus étrange, c'est que cela ne vous gêne aucunement. Il existe une bonne raison à cela : vous êtes sous l'emprise du nurarihyon ! 

Ce yokai dont le nom signifie littéralement "gourde glissante" est une créature extrêmement puissante. Le nurarihyon est en effet considéré comme le commandant suprême de tous les yokai. C'est lui qui prend la tête du défilé nocturne des cent démons, le Hyakki Yokô, dans les rues de l'archipel. 

Et pourtant de par son apparence, le nurarihyon ne vous glace pas d'effroi au premier regard. Sous l'apparence d'un vieil homme, ce yokai porte des tenues élégantes (un kimono de soie ou une robe de moine bouddhiste appelée kesa) et se déplace exclusivement en palanquin porté par des serviteurs. 

Appréciant les mets délicats et luxueux, il se plait à se glisser à l'intérieur des demeures cossues pour en profiter à son aise

Suuhi_Nurarihyon

Nurarihyon (1737). Illustration de Sawaki Sūshi

wikimedia Commons

Umibozu

Les umi-bozu, moines de la mer, sont de terrifiantes créatures marines à la peau noire que les bateaux cherchent par dessus tout à éviter. 

Ils sont les esprits de moines jetés à la mer par une population en colère. Cette fin atroce a fait d'eux des fantômes cherchant à se venger des hommes. 

L'umi-bozu s'attaque aux navires qui ont le malheur de croiser son chemin. Son apparition en mer entraine le déchainement des eaux et des cieux ; venant mettre ainsi un terme à la nuit calme. 

Décrit tantôt comme étant de la taille d'un navire, tantôt comme un géant dont seule la tête émerge des eaux, l'umi-bozu est gigantesque. Tout est ensuite question d'appréciation ! Il peut en tout cas détruire un navire en un seul coup surpuissant

Parfois d'humeur plus facétieuse, il peut choisir d'utiliser un baril pour déverser de l'eau en très grande quantité sur le bateau et son équipage. Mais à ceci, l'homme a trouvé une parade en fournissant à l'umi-bozu un tonneau sans fond. Le yôkai aura beau écoper sans relâche, il ne sera jamais en mesure de noyer les marins à bord.

umibozu

Umibozu. Estampe de Kuniyoshi

https://ukiyo-e.org

1280px-Mitsukuni_defying_the_skeleton_spectre_invoked_by_princess_Takiyasha

La sorcière Takiyasha fait apparaître un gashadokuro. Estampe de Kuniyoshi.

Wikimedia Commons

Nos derniers articles

Torii Gates

Shinto et sanctuaires

Un guide pour les voyageurs au Japon sur le shintoïsme et la visite des sanctuaires, avec des informations provenant d'une prêtresse shintoïste de la 17e génération.

Noël à Roppongi Hills, Tokyo

Noël au Japon

Années après années, l'esprit Noël a réussi à trouver sa place dans un Japon qui voue un culte aux cadeaux.

L'été au Japon

Les symboles de l'été au Japon

Carillons, libellules, ou encore jeux de pastèque, les symboles de l'été peuvent être bien différents selon les cultures.

Voir tous les articles (293)